mercredi 25 mars 2015

La Grande Ecole du Numérique ouvrira ses portes le 1er octobre

Dans une lettre de mission, Manuel Valls donne le cadre de la Grande Ecole du Numérique souhaitée par le président. Il s’agira en fait d’un ensemble d’établissements labellisés. A l’image de la French Tech.

Crédit : Samsung
On s’en souvient. Lors de sa conférence de presse du 5 février 2015, François Hollande avait annoncé la création d’une « Grande École du Numérique ». Une initiative destinée à favoriser l’insertion sociale et professionnelle des jeunes, en particulier les décrocheurs scolaires, en se formant aux nouvelles technologies. Le président n’avait pas donné d’autres précisions sur les contours que prendrait cette grande école.

Dans une lettre de mission, Manuel Valls pose le cadre. En fait, il ne s’agira pas d’un nouvel établissement mais – à l’image de la French Tech - d'« un réseau de structures labellisées, existantes ou à créer, réparties sur l’ensemble du territoire national », notamment dans les quartiers dits sensibles.

Ces centres seront accessibles à un large public, sans prérequis académiques, économiques ou sociaux, et se destineront en priorité aux jeunes sans emploi ni formation. Ils dispenseront des formations courtes (entre 3 et 24 mois), permettant une insertion professionnelle immédiate ou la poursuite d'études.

On imagine que les écoles de code dédiées aux autodidactes – Web@cadémie, Simplon.co, Ecole de la découverte, Webforce3… - seront parmi les premières à être labellisées. L’école 42 de Xavier Niel ou le campus de Samsung récemment ouvert à Saint-Ouen pourraient être également éligibles.

Si pour l’heure, ces formations ne sont pas encore inscrites au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) ni reconnues par la branche professionnelle des métiers du numérique, le Premier ministre envisagent qu’elles le soient. 

Nul doute qu’il recevra un écho favorable du côté de Guy Mamou-Mani puisque ce projet s’inscrit totalement dans le cadre du plan de formation à 360° initié il y a quinze mois par le président de Syntec numérique. Il aurait d'ailleurs soufflé l'idée de cette « Grande Ecole du Numérique » à François Hollande à l'occasion d'un déjeuner.

Enfin, la « Grande École du Numérique » sera dotée d’une structure nationale de coordination « afin de garantir la qualité et la portabilité des formations et d’en assurer la généralisation sur l’ensemble du territoire ».

Manuel Valls a demandé à Stéphane Distinguin, président de Cap Digital, Gilles Roussel, président de l’université Marne-La-Vallée, et à François-Xavier Marquis, consultant et directeur délégué du Fafiec, l’OPCA des entreprises de la branche de l’informatique et de l’ingénierie, de lui remettre leurs recommandations d’ici au 15 mai. 

Au 1er octobre, la structure de pilotage et un service de formation en ligne doivent être créés et une première vague de labellisations des structures de formation lancée.