lundi 30 mars 2015

Mickey mise un milliard de dollars sur les bracelets connectés

Les parcs Disney expérimentent des bracelets RFID qui servent à tout. A déverrouiller les chambres d’hôtel, à réserver les animations et même à payer.


Ce sont des bracelets en caoutchouc déclinés sur les tons du gris au rouge qui ressemblent aux SportBand de Nike. A l'intérieur se cache une puce RFID d’une portée équivalente à un smartphone de 2,4 GHz. Et bientôt, vous aurez certainement ces MagicBands au poignet, vous et vos enfants, quand vous irez dans les parcs Disney.

Expérimentés à Orlando, ces bracelets servent à tout. A entrer au parc bien sûr, mais aussi à déverrouiller la porte de votre chambre d'hôtel Disney Resort, à réserver des places coupe-file pour les animations FastPass, à faire monter dans votre chambre les achats effectués en boutiques.

Vous pouvez même payer avec si vous avez associé le bracelet à une carte de crédit. Ce passe-partout est donné aux abonnés Walt Disney World ou si vous séjournez dans un hôtel Disney Resort. Il est possible un MagicBand en ligne ou sur place au prix de 13 dollars l’unité.

Selon Wired, Disney a investi un milliard de dollars sur ce projet. Le pari est simple. Munis de leurs bracelets, les visiteurs optimiseront leur séjour en attendant moins aux attractions les plus courues. Ils exploreront donc davantage le parc et… dépenseront plus.

Pour Disney, c’est aussi la possibilité d’offrir des services personnalisés. Les serveurs, le personnel d’accueil connaîtront votre nom, votre profil client. Ils pourront aussi vous géolocaliser. Wired indique qu’il serait possible de réaliser un film souvenir de votre passage avec toutes les caméras de surveillance du parc.

Un cauchemar ? Disney déclare ne stocker aucune information personnelle et que toutes les données sont cryptées. Et si vous perdez ou vous vous faites voler votre MagicBand, il peut être désactivé à distance. Il faut par ailleurs un code PIN pour finaliser vos emplettes et les parents peuvent interdire cette fonction achat sur les bracelets de leurs enfants ou limiter le montant des dépenses.